Arrosage goutte à goutte : Comparatif et avis pour choisir le meilleur

Pour des préoccupations d’économies ou d’écologie, de plus en plus de personnes en viennent à l’arrosage goutte à goutte.  

Beaucoup connaissent et pratiquent déjà le système d’arrosage goutte à goutte à la bouteille pour leurs plantes d’intérieurs mais, dans ce guide, nous allons nous focaliser plutôt sur l’arrosage goutte à goutte potager ou pour les platebandes à l’extérieur.

Qu’est-ce que l’arrosage goutte à goutte ?

jardin

jardin

Un kit d’arrosage goutte à goutte est composé de plusieurs éléments, dont les principaux sont un tuyau goutteur et des micro-tuyaux qui rejoignent le tuyau d’arrosage goutte à goutte principal à l’aide de raccords.

Le tuyau principal est rattaché à un programmateur et ensuite à une arrivée d’eau du réseau de distribution réglé à basse pression. Il n’y a pas besoin d’électricité.

Le système d’arrosage goutte à goutte permet d’apporter la juste quantité d’eau nécessaire aux plantes ainsi qu’aux fruits et légumes cultivés en serre ou en pots.

A l’aide d’un tuyau goutteur, de raccords et d’arroseurs, vous construisez votre réseau et vous le faites évoluer au fur et à mesure de vos besoins. Vous obtenez ainsi un système d’arrosage pratique, confortable, simplifié et surtout très économique.

Pour quelles plantations ?

L’arrosage goutte à goutte s’adresse aux plantations assez espacées dans un potager comme les tomates, les courges, les aubergines et le melon. Il convient aussi très bien aux massifs de rosiers, de vivaces et aux jeunes arbustes.

Les avantages de l’arrosage goutte à goutte

Le système d’arrosage automatique goutte à goutte permet l’économie d’eau puisqu’uniquement la quantité d’eau nécessaire s’écoule à l’endroit précis où il faut arroser. Mais ce n’est pas l’unique avantage.

Le second avantage, tout aussi appréciable, est le confort que ce système vous apporte.

Finie la corvée de l’arrosage tous les soirs. Vous programmez l’arrosage automatique et celui-ci se charge de la tâche.

Enfin, grâce au programmateur, vous pouvez partir en vacances ou vous absenter de chez vous en toute sérénité sans avoir à demander à quelqu’un de venir arroser tous les jours.

L’arrosage goutte à goutte : comment l’installer ?

L’arrosage sur réseau de distribution d’eau

L’arrosage goutte à goutte

L’arrosage goutte à goutte

L’installation est facile et rapide. Elle peut se faire soi-même. Il faut juste être précis et méticuleux. Le plus simple est de commencer avec l’achat d’un kit d’arrosage goutte à goutte qui contient toutes les pièces nécessaires à l’élaboration de son système d’arrosage goutte à goutte.

Commencez par faire un plan, même très schématique. Disposez le tuyau principal et les lignes secondaire. Cette étape du plan est très importante. Cela vous permet de visualiser le plus rationnellement possible votre système d’arrosage.

Ensuite, installez un réducteur de pression et votre tuyau goutte à goutte sur le robinet dédié.

Puis, déroulez le tuyau sur le sol et disposez-le de manière qu’il desserve les zones à arroser. Faites-le serpenter autour des zones à irriguer.  

Pour le fixer sur le sol afin qu’il ne bouge pas, utilisez des petits cavaliers. A son extrémité, fermez à l’aide d’un bouchon qui est normalement fourni si vous achetez un kit d’arrosage goutte à goutte.

Ensuite, attachez-vous à l’installation des lignes secondaires ou capillaires. Il vous faudra couper la ligne principale (le tuyau principal) ou la percer à l’aide d’outils fournis pour insérer l’élément de dérivation. Puis, enfoncez l’orifice de sortie dans le capillaire.

Pour information, un même capillaire est capable d’alimenter plusieurs goutteurs ou asperseurs. Il peut même, grâce à un élément de dérivation en croix, alimenter plusieurs goutteurs.

Ensuite, vient la phase la plus précise pour un système d’arrosage goutte à goutte performant, à savoir installer les goutteurs ou les micro-asperseurs le plus près possible des plantations à arroser.

Puis, il convient d’installer les goutteurs et les micro-asperseurs en hauteur sur des pics spécifiques. Le but est qu’ils couvrent des secteurs de 90 à 360 degrés.

Enfin, procéder à l’installation de votre programmateur. Si vous êtes branché écolo, réfléchissez à l’installation d’un programmateur solaire.

L’arrosage sans pression

L’arrosage goutte à goutte à partir d’eau de pluie récupérée est possible. Cependant, le problème que vous allez rencontrer est que l’eau du récupérateur d’eau de pluie sort en très basse pression. Les vendeurs suggèrent d’installer une pompe électrique pour alimenter son arrosage automatique goutte à goutte.

Seulement, ces pompes-là coûtent très cher et imposent une arrivée électrique.
Une autre solution est possible grâce à l’arrosage par gravité. Pour ce faire, il vous faut un récupérateur d’eau, de l’eau de pluie et de quoi surélever la cuve et enfin, un circuit d’arrosage passif qui une fois installé, fonctionne en autonomie.

Le tuyau utilisé pour ce système d’arrosage est un tuyau micro-suintant constitué d’une gaine en matière tissée en polyester le long de laquelle l’eau va suinter. Ce tuyau s’installe en surface ou enterré.

Trois forces s’appuient sur l’eau contenue dans le récupérateur d’eau : la pression atmosphérique, la pression cinétique (c’est-à-dire la chute de l’eau) et la pression de l’eau en elle-même.

L’association de ces forces va permettre d’obtenir une pression suffisante pour que le système d’arrosage goutte à goutte sans pression ou par gravité fonctionne.

alle jardin

alle jardin

L’astuce des bouteilles pour l’arrosage

Il est inutile d’avoir recours à un système d’arrosage automatique, car il demande des connaissances et surtout vous devez utiliser une installation assez complexe. Vous pouvez opter pour une méthode beaucoup plus simple, car vous utilisez les bouteilles d’eau. Ces dernières sont faciles à recycler, car il suffit d’acheter des embouts spéciaux pour l’arrosage de vos plants et de vos plantes que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de votre domicile.

  • Vous devez enfoncer l’embout dans le pot ou en pleine terre en respectant forcément les consignes du fabricant.
  • Il faut remplir une bouteille d’un litre par exemple avec de l’eau et vous renversez cette dernière en utilisant l’embout.
  • L’eau reste forcément dans la bouteille et le goutte à goutte peut alors commencer.
  • Vous gagnez du temps pour cet arrosage, car la plante peut alors utiliser ce dont elle a besoin pour vivre.

Cela vous évite de doser l’arrosage, car une plante peut mourir lorsque l’environnement est trop humide ou trop sec. Vous avez désormais la solution la plus réjouissante pour que les arbres, les plants du potager ou d’autres espèces soient parfaitement nourris au fil de l’année. De plus l’eau sera à la bonne température, car celle utilisée avec le jet est souvent trop froide.

Comment installer un système de micro irrigation par gravité ?

Vous avez l’intention de partir en vacances cette été, mais vous n’avez trouvé personne pour venir arroser votre potager. Vous ne pouvez pas vous résoudre à tout perdre. Vous avez entendu parler des bienfaits pour les plantes et pour la planète de la micro irrigation, appelée aussi arrosage au goutte à goutte. Le problème, c’est que votre potager se trouve dans un jardin partagé et que par conséquent vous n’avez pas d’accès à l’électricité. Un autre problème avec votre potager partagé, c’est qu’il n’y a pas d’eau. Vous avez uniquement accès à des cuves de récupération d’eau. Eh bien, j’ai une excellente nouvelle pour vous : vous allez pouvoir partir en vacances cet été. En plus, vous allez pouvoir mettre en place le système de micro-irrigation qui vous fait temps rêver. La première solution est de surélever la cuve de récupération d’eau. Ainsi la simple différence de pression vous permettra de pouvoir mettre en place vos tuyaux. Si cette première solution est impossible (c’est souvent le cas, il faut bien l’avouer) alors il va vous falloir réaliser un circuit d’eau fermé, pour garder une pression constante. Je veux dire par là, que vous allez construire un système pour que vos tuyaux forment un carré ou un rectangle. Vous ne devez en aucun cas utiliser de bouchon, car vous feriez alors chuter de façon trop importante la pression. Vous pouvez par exemple faire le tour de votre potager avec un tuyau de diamètre 13 et utiliser des tuyaux transversaux avec un diamètre de 5 mm. Il suffit ensuite de placer vos goutteurs. À ce sujet, il y a deux choses à savoir :
  • Une fois en place, ne retirez jamais votre gouteur même s’il existe des bouchons (ils ne sont pas faciles à mettre et pas forcément efficaces)
  • Mieux vaut mettre en place des goutteurs à débit réglable. Vous pourrez ainsi adapter la quantité d’eau en fonction de votre plante.

Quelles sont les règles pour réaliser un bon réseau goutte à goutte ?

Nous allons partir du robinet et aller jusqu’à la plante en elle-même. Vous pouvez sans aucun problème mettre un programmateur directement sur votre robinet. Vous pourrez ainsi gérer votre arrosage. Il vous faudra également vérifier la pression à la sortie de votre robinet. Il faudra au maximum avoir 1,5 bar de pression. Si ce n’est pas le cas, il faudra alors ajouter un réducteur de pression. C’est une petite pièce plastique qui vient se positionner entre votre robinet et votre tuyau. Vous allez ensuite mettre en place votre réseau principal. Il est fait avec un tuyau en PCV noir. Le diamètre varie entre 19 et 13 mm. Le diamètre le plus petit est la taille la plus répandue en France. Sachant que plus le diamètre est petit, plus la pression est grande. Quoi qu’il arrive, vous ne pourrez pas dépasser les 60 mètres de tuyau. Vous aurez à votre disposition pour construire votre réseau des coudes et des T. Il va falloir les faire rentrer en force dans le tuyau. Pour faciliter la chose, vous pouvez utiliser de l’eau savonneuse. Si vous ne fonctionnez pas en circuit fermé, vous pourrez avoir besoin en plus, de bouchons. Théoriquement vous ne mettez jamais des goutteurs sur ce type de tuyaux. Mais c’est parfois bien plus simple de percer un trou et de poser un goutteur, plutôt que de faire un montage. D’ailleurs à ce propos, il vous faudra un pinçon pour faire des trous. Vous pouvez également utiliser une perceuse, mais attention dans ce cas à ne pas percer le tuyau de part en part. Passons maintenant à la construction du réseau secondaire. C’est lui qui va apporter l’eau à la plante. Vous allez utiliser cette fois des tuyaux de diamètre 4,5. Comme pour le réseau principal, vous aurez également des coudes, des T et des bouchons pour finir votre réseau. Les bouchons peuvent également vous servir à boucher le trou d’un ancien goutteur. Ce type de tuyau ne doit pas dépasser 1 mètre. Enfin, il faut donner de l’eau à votre plante. Vous avez pour ça deux possibilités :
  • Les goutteurs qui vont donner entre 0 et 20 l d’eau par heure
  • Les asperseurs. Ils vont projeter de l’eau entre 1 et 3 mètres. Le débit est aussi réglable entre 0 et 100 litres par heures.
Vous allez vite vous apercevoir que ce diamètre de câble bouge beaucoup. Vous avez donc à votre disposition des sortes de tuteurs pour maintenir le tuyau au bon endroit. Certaines marques proposent des tuyaux en 4,5 mm microporeux. Vous allez donc pouvoir irriguer sur toute la longueur du tuyau. Sachez qu’il existe également des systèmes de goutte à goutte pour plantes d’intérieur. Ils ne se branchent pas cette fois sur votre robinet. Vous aurez à votre disposition une mini pompe que vous placerez dans un gros pot de fleur ou dans un seau d’eau.

Connaître les besoins en eau des plantes ?

Chaque plante ou légume a des besoins spécifiques en eau. Certaines supportent plutôt bien le manque d’eau, et d’autres ne supportent pas l’excès. En plus de ça, une même plante en fonction de la région où elle est plantée, n’aura pas les mêmes besoins. Le type de terre et l’exposition influencera parfois énormément ses besoins en eau. En cas de problème, les plantes ont plusieurs moyens pour lutter contre la sécheresse. Elles vont d’abord fermer les Stomates, réduire leurs métabolismes. Elles vont donc arrêter de se développer. Enfin si l’État de sécheresse perdure, la plante va perdre ses feuilles. À l’inverse trop d’eau peut asphyxier les plantes. Pour lutter contre ce problème, en plus de trouver la bonne quantité d’eau, il est important de bien drainer le sol. Enfin la plupart des plantes tirent du sol des nutriments et des minéraux. Il est donc important que l’eau viennent majoritairement du sol. Enfin dans le monde paysan, on a coutume de dire que le binage équivaut à deux arrosages. Ça signifie que qu’il est important de bien aérer la terre pour que l’eau puisse arriver jusqu’aux racines les plus profondes. Nous allons maintenant regarder quels sont les besoins en eaux des fruits et des légumes les plus cultivés dans nos potagers. La plus grande star est sans nul doute la tomate. C’est simple, il faut 1 litre par pied de tomate et par jour. L’autre star incontestée du potager est très certainement la fraise. Elle n’aime clairement pas le manque d’eau. N’hésitez donc pas à arroser abondamment la terre. Difficile de vous donner un volume précis, mais le sol doit absolument rester humide toute la journée. D’ailleurs à ce sujet vous pouvez pailler le sol pour garder le plus possible d’humidité. Toujours dans la série des plantes qui ont de gros besoins en eau, on peut citer la courgette. C’est le même principe que pour la fraise. Le sol doit rester humide toute la journée. Le goutte à goutte est particulièrement bien adapté à la courgette, car il ne faut surtout pas arroser les feuilles pour évider de développer de l’oïdium. Cette règle s’applique aussi pour toutes les plantes avec de longues racines (aubergine, blette, chou, courge, melon). Enfin, si vous avez planté des pommes de terres, il faudra entre 3 et 4 litres d’eau par jour.